La vie associative comme productrice de transitions : l'exemple de filles engagées dans des clubs de sport de proximité

24 mai 2016
12:15 - 13:15

HETSL · Salle C 122

Dominique Malatesta, professeure à la HETS&Sa | EESP
Christophe Jaccourd, professeur à l'Université de Neuchâtel
Shia Manh Ly, chargée de recherche à la HETS&Sa | EESP
Thomas Zanin, chargé de recherche à la HETS&Sa | EESP

Une enquête ethnographique dans des clubs de football féminin et de twirling bâton montre que la vie associative sportive peut comprendre une dimension politique, y compris quand il s'agit d'enfants.

En effet, ces clubs dans lesquels des filles s'engagent durablement sont autant d'espaces de transitions entre une activité organisée, située, définie – qui suit donc une logique sportive bien établie – et une expérience du monde, c'est-à-dire une expérience de la société, de sa structure, de son organisation et des rapports de pouvoir qui la traversent et la constituent. Autrement dit, ces engagements sportifs représentent l'opportunité, pour des publics minoritaires, d'élaborer une analyse critique de la place qui est attribuée aux unes et aux autres.

Références bibliographiques en lien avec la présentation