"En sortir" ou "s'en sortir par l'école". Choix d'orientations juvéniles, classes populaires et enseignement professionnel en Suisse romande

Cet article revisite la question des  choix d'orientation post-obligatoires juvéniles dans l'espace des filières de l'enseignement professionnel. S'appuyant sur une enquête ethnographique réalisée dans un établissement scolaire romand, il montre qu'à cet espace différencié correspond un espace des habitus populaires au principe des choix. Ceux-ci sont structurés par une variété de principes qui distinguent les classes populaires elles-mêmes. L'originalité de cette approche consiste à articuler ces dimensions avec le travail pédagogique des agents scolaires qui, dans le cadre d'un système scolaire suisse divisé en filières très peu perméables, cherchent à ajuster les aspirations subjectives des jeunes aux chances d'insertion professionnelle telles qu'ils les perçoivent. L'enquête questionne le sens et les transformations de la culture anti-école chez les garçons, mais aussi chez certaines filles des classes populaires.

Auteur-e-s
Delay Christophe
Références

Delay, C. (2018). “En sortir” ou “s'en sortir par l'école”. Choix d'orientations juvéniles, classes populaires et enseignement professionnel en Suisse romande. Sociétés contemporaines, 109, 117-146. doi:10.3917/soco.109.0117.

Liens
Lien ArODES