Marquer l'abus : la suppression de l'aide sociale dans le domaine de l'asile suisse

Raphaël Rey et Anne-Cécile Leyvraz, respectivement anthropologue et juriste, se penchent sur la suppression de l'aide sociale. Cette mesure vise, dès 2004, les personnes frappées d'une décision de non-entrée en matière (NEM) et s'étend en 2008 à l'ensemble des personnes ayant reçu une réponse négative à leur demande d'asile. Leur analyse des débats parlementaires montre d'abord comment les objectifs explicites de l'adoption de cette mesure - ceux de dissuasion et d'incitation au départ - reposent sur la notion d'"abus" et la catégorisation binaire de "faux" et de "vrais réfugiés". Dans un second temps, les auteur·e·s montrent qu'au-delà des légitimations explicites, la suppression de l'aide sociale poursuit également un objectif plus implicite de marquage matériel et symbolique de l'"abus". La fonction de ce marquage est non seulement de renforcer la catégorie de l'"abuseur", mais aussi de réarmer la légitimité des autorités et la souveraineté de l'Etat en matière de contrôle migratoire.

Auteur-e-s
Rey Raphaël
Leyvraz Anne-Cécile
Références

Rey, R. & Leyvraz, A.-C. (2020). Marquer l'abus : la suppression de l'aide sociale dans le domaine de l'asile suisse. In A.-C. Leyvraz, R. Rey, D. Rosset & R. Stünzi (dir./Hrsg.) (2020), Asile et abus. Regards pluridisciplinaires sur un discours dominant (pp. 147-167). Seismo. doi.org/10.33058/seismo.20731

Liens
Lien ArODES