Approche du domaine des musiques actuelles avec Laurence Vinclair, Directrice des Docks

Le CAS en Management dans le domaine des musiques actuelles répond à un besoin de professionnaliser les actrices et acteurs de ce secteur culturel. Depuis 2007, Laurence Vinclair fait vivre les Docks, passant de programmatrice à co-directrice pour être depuis 2013 seule aux commandes de ce lieu emblématique lausannois. L’apprentissage sur le terrain, elle connaît. Et nous avons la chance de pouvoir bénéficier de son expertise en tant qu’intervenante dans cette formation.

© Mehdi Benkler

Quel a été votre parcours ?

D’origine française, j’ai eu la chance de pouvoir suivre une formation continue déjà en 1991, sensiblement similaire au CAS en Management dans le domaine des musiques actuelles qui est désormais proposé à Lausanne, alors que ce type de formation n’existait tout simplement pas en Suisse. Avant de suivre cette formation, je m’étais déjà confrontée à des expériences de terrain en organisant des concerts au sein d’une association. Bénéficier d’une formation est vraiment primordiale dans le milieu de la musique, car les compétences attachées à ces métiers sont très nombreuses, entre la programmation, la communication, le management, la gestion financière, etc. En arrivant en Suisse, j’ai travaillé pour la programmation de nombreuses salles et festivals, avant d’arriver aux Docks.

Quelle est pour vous la plus-value du CAS en Management dans le domaine des musiques actuelles ?

Avec des intervenantes et des intervenants qui proviennent d’horizons très différents et qui sont actifs dans le domaine culturel, le CAS permet aux étudiantes et étudiants de créer des premiers contacts avec la profession. Le réseautage est essentiel pour pouvoir vivre ses premières expériences professionnelles dans le secteur de la musique. Les compétences liées à ces métiers sont également très riches et variées. Même si je crois fortement à l’apprentissage sur le terrain, bénéficier de connaissances sur l’environnement des musiques actuelles, son histoire, ses enjeux, les cadres juridiques, administratifs et techniques est très important. Souvent les étudiantes et étudiants sont étonnés d’apprendre tout ce qu’implique la gestion d’une salle comme les Docks.
En outre, le simple fait que cette formation existe permet de valoriser et d’offrir une reconnaissance professionnelle des métiers liés aux musiques actuelles, et aussi de valoriser l’existence même des musiques actuelles qui avaient de la peine à trouver leur place par rapport aux autres musiques, aussi d’un point de vue politique.

Quels apprentissages faites-vous en cette période de COVID qui a fortement touché votre secteur ?

Nous avons dû faire preuve de créativité pour maintenir le lien avec notre public, même si tous nos concerts ont été annulés. Nous avons par exemple créé plusieurs campagnes d’affichage dans la rue pour partager aussi nos messages d’espoir avec le public et jouer avec les lettres des DOCKS. Les réseaux sociaux ont été aussi des outils très importants pour maintenir une communication avec notre public. D’un point de vue management, il a fallu aussi entretenir l‘esprit d’équipe et les liens avec mes collaboratrices et collaborateurs. Être à l’écoute et insuffler de la motivation à distance. Nous avons profité de reprendre les discussions de sujets qui étaient un peu mis de côté dû à un quotidien habituellement très chargé, comme mener des réflexions sur la sécurité et l’accueil des publics. Cette expérience unique à laquelle nous avons dû faire face a permis de mener des réflexions de fond et m’a énormément appris. Je me réjouis de pouvoir aussi aborder ces apprentissages avec la prochaine volée du CAS.


Le CAS en Management dans le domaine des musiques actuelles est activé par la Haute école de travail social et de la santé Lausanne (HETSL) en partenariat avec la FCMA (Fondation romande pour la Chanson et les Musiques Actuelles). Cette formation s’adresse aux professionnel·le·s exerçant dans des lieux de spectacles (festivals, clubs, salles), des collectivités locales, des sociétés de production et de diffusion musicales, des centres culturels, des maisons de quartier, des associations et des fondations actives dans le domaine. La prochaine formation débutera le 7 mars 2022 avec un délai d’inscription fixé au 8 novembre 2021