« Mobiliser l’intelligence collective pour tirer le meilleur de chacun »

Etudiante en 3ème année, Aline Félix se forme à l’orientation service social. Elle a représenté la HETSL au Design Sprint de 2019 et n’en a retenu que du positif. Son témoignage est riche en enseignements. Extraits.

Le Design Sprint a amené Aline Félix à mobiliser ses connaissances et ses valeurs au service du collectif.

Pourquoi avoir participé au Design sprint en septembre dernier ?

C’était pour moi l’occasion de me lancer dans une nouvelle expérience et affiner mes connaissances en matière d’innovation. Le Design Sprint propose en effet une méthodologie et des approches humaines qui invitent à mobiliser l’intelligence collective afin de tirer le meilleur du potentiel de chacun. La possibilité de collaborer avec une équipe pluridisciplinaire m’attirait aussi. Nos domaines de compétences reflétaient les différentes formations proposées par la HES-SO : le design, l’économie, l’ingénierie, l’hôtellerie, la santé et le travail social. Notre mission était de développer une vision collective autour d’un produit ou d’un service à prototyper. Participer au Design sprint me permettait également de me plonger dans un cadre de travail hebdomadaire extrêmement clair et structuré. Le workshop se déroulait sur cinq jours et chaque journée comprenait une étape (comprendre, esquisser, décider, prototyper, tester).

Le social et la santé ont-il toutes leur place dans ce genre d’atelier ?

D’après les auteurs de la méthodologie, l’équipe idéale est une combinaison de talents. En tant qu’étudiant·e·s et professionnel·le·s de la santé ou du social, nous développons des connaissances théoriques en lien à l’éthique, à la relation et aux méthodologies d’intervention auprès de l’humain. Le code déontologique de nos activités professionnelles nous invite à privilégier la participation active des individus dans les projets qui les concernent. La mise en œuvre de stratégies inclusives et participatives est ainsi partie intégrante de nos démarches d’action. De ce fait, nous avons des compétences variées dans l’analyse de la demande et des besoins, ainsi que dans la création et la gestion de projets. C’est une vraie plus-value.

Quel enseignement en avez-vous retiré ?

La semaine organisée par MassChallenge et la DGES a été riche d’enseignements. Par son approche pragmatique, elle a été un véritable atout dans l’acquisition de nouveaux savoirs théoriques et empiriques. Ainsi, cette expérience unique m’a initiée à la création d’un produit, opérationnel sur le long terme, en considérant à plus grande échelle les besoins sociaux et les enjeux des entreprises, des client-e-s ainsi que de l’environnement. J’ai réalisé que pour innover il ne suffit pas d'identifier les besoins et d'articuler les ressources matérielles et humaines à disposition ; il est nécessaire de réfléchir aux enjeux des solutions proposées et à leurs conséquences sur le long terme. Le Design Sprint m’a également amené à développer un mode de pensée complexe, créatif et collaboratif. Il m’a permis de mettre en pratique mes compétences et de mobiliser mes connaissances ainsi que mes valeurs.

L’édition 2019 en images