Perdre un être cher en contexte migratoire suisse

La perte d’un être cher est une rupture forte, une expérience singulière qui met à l’épreuve notre rapport à la mort. L’expérience de la mort et du deuil est d’autant plus singulière lorsqu’elle survient loin de chez soi, dans un autre pays, ou qu’un proche disparaît loin de nous. Des questions et défis supplémentaires se posent à soi. 

Le but de cette présente recherche est de saisir ces enjeux spécifiques à la mort en contexte migratoire, aussi bien du point de vue 

  • des personnes immigrées en Suisse
  • que des professionnel·le·s qui interviennent dans le contexte de fin de vie et de mort (domaine médical, de la santé et des soins, de l’accompagnement psychosocial, des services funéraires, de la thanatopraxie, des services administratifs, etc.).

Qui peut participer à cette recherche ?

  • vous êtes une personne immigrée en Suisse (que vous soyez naturalisées ou non)
  • vous êtes enfant de parent·s ayant immigré en Suisse et avez plus de 18 ans
  • vous avez perdu un proche au cours de ces dernières années ici en Suisse, dans un autre pays, dans votre pays d’origine ou de celui de vos parents ou arrière-parents
  • vous êtes une personne travaillant dans le domaine médical, de la santé et des soins, de l’accompagnement psychosocial, des services funéraires, de la thanatopraxie, des services administratifs, etc.
  • toute personne intéressée par la thématique désireuse de s’exprimer sur le sujet est également invitée à participer.

Si vous vous êtes pos·é·e une fois une de ces questions et bien d’autres, si vous vous les posez maintenant ou si vous pensez que ces questions ont un intérêt pour vous

  • Quelles conditions doivent être réunies pour avoir une « bonne mort » ? Où souhaiterais-je être enterré·e / incénéré·e ?
  • Qu’est-ce qui est possible sur le plan administratif, juridique et financier lorsque la mort d’un proche survient ici en Suisse ?
  • Comment peut-on pratiquer nos rituels culturels, religieux, ancestraux ou autres en Suisse, tout en respectant le cadre légal ?
  • De quelle manière et sous quelles conditions peut-on rapatrier le corps ou les cendres d’un proche ?
  • Comment le fait de vivre dans un autre pays, peut-il permettre de faire son deuil et de se reconstruire ?

Nous vous serions très reconnaisant·e·s de partager avec nous votre histoire, votre expérience, votre témoignage ou simplement les questions que vous vous posez.

Je suis une personne immigrée ou ayant des origines immigrée

Je suis un·e professionnel·le

 

Financement

Partenariat

  • Pr. Lilyane Rachédi, Université de Montréal, Québec, Canada

Des questions ?

Contact