Des inégalités encore bien présentes entre les femmes et les hommes

En ce jour de Grève féministe du 14 juin la HETSL relaie les revendications de la grève féministe : toutes les femmes ont droit à des rentes AVS qui permettent de vivre et à une véritable égalité au niveau des salaires et du travail non rémunéré. Pour faire du bruit, plusieurs mobilisations sont prévues dans toute la Suisse. À Lausanne le départ de la manifestation est prévu à 18h à la Place de la Riponne. Informations sur www.14juin.ch.

La retraite apparaît comme le reflet des inégalités économiques qui existent entre les hommes et les femmes pendant la vie active du fait de la division sexuée du travail : les disparités salariales, l’inégale répartition du travail familial et les interruptions liées à la maternité ont un impact fort sur le montant des cotisations versées, et donc sur le niveau des prestations reçues.

Une après-midi d’étude organisée à la HETSL par le Réseau Genre et travail social (GeTS) et le Réseau Âge, vieillissements et fin de vie (AVIF) a contribué à souligner la persistance des inégalités dans les dispositifs de retraite en Suisse comme dans d’autres pays. Cette après-midi a été l’occasion de rappeler que les dispositifs de retraite peuvent non seulement perpétuer, mais aussi renforcer les inégalités entre les sexes.

En Suisse, des améliorations ont pu être introduites dans l’AVS au milieu des années 1990, notamment une certaine prise en compte du travail familial et une répartition de la rente entre époux. Les revendications et mobilisations féministes ont été décisives dans l’adoption de ces mesures, qui ont permis d’améliorer la situation des femmes au niveau de l’AVS. Mais le système de retraite, en particulier le 2è pilier (prévoyance professionnelle) et le 3è pilier (prévoyance privée) restent fortement inégalitaires : au final les rentes des femmes sont largement inférieures à celles des hommes. Par ailleurs, à l’âge de la retraite un nombre élevé de femmes peuvent compter uniquement sur une (petite) rente AVS. Ce qui se traduit également par un niveau élevé de pauvreté qui touche particulièrement les femmes âgées.

12% des femmes retraitées font recours aux prestations complémentaires (PC) car leur rente est insuffisante pour vivre.

Ce chiffre sous-estime par ailleurs la précarité et la pauvreté à la retraite car plusieurs retraité·e·s pauvres sont exclu·e·s des PC (en raison notamment d’un nombre insuffisant d’années de résidence en Suisse), ou n’y font pas recours pour diverses raisons (manque d’information, difficulté à entreprendre les démarches, peur de perdre le permis de séjours, peur d’être stigmatisé·e·s, jugé·e·s, par choix, etc.)

À la veille cet automne d’un référendum sur l’augmentation à 65 ans de l’âge de la retraite des femmes en Suisse, on ne peut que rappeler les fortes disparités qui existent toujours dans le domaine des retraites, et également le fait que ces dernières ne permettent souvent pas de vivre.

À celles et ceux qui veulent faire du bruit le 14 juin :

 

Programme
 

13h00

Projection d’un fim écoféministe
Par le collectif féministe de la HETSL (Auditoire B 232-233)

15h00

Atelier pancartes et paillettes du collectif féministe
À la cafétéria des étudiant·e·s

17h00

Départ de la HETSL pour rejoindre la Manifestation

18h00

Départ de la Manifestation depuis la Place de la Riponne