Carola Togni dans Vacarme

La pauvreté en Suisse reste taboue, honteuse et invisible. La pandémie a révélé au grand jour cette réalité. Etudiant·e·s qui font la queue pour des sacs gratuits de nourriture, employé·e·s aux RHT que la perte de 20% de leur salaire met sur la paille, sans-papiers qui craignent de se retrouver à la rue. La situation sociale est-elle en train de sʹaggraver ?

L’émission Vacarme donne la parole aux invisibles, aux personnes qui vivent dans la précarité. Une réalité souvent taboue mise en lumière par la pandémie. Carola Togni, Professeure à la Haute école de travail social et de la santé de Lausanne (HETSL) et Fabrice Ghelfi, Directeur général de la cohésion sociale du canton de Vaud, sont les invités de l’émission « Au pays des précaires » de Vacarme qui consacre cinq reportages sur la précarité en Suisse.

Selon les chiffres 2019 de lʹOffice fédéral de la statistique, 735’000 personnes vivent dans la pauvreté en termes de revenu ou a des difficultés à joindre les deux bouts en Suisse. On s’attend à une hausse de 21% des demandes à l’aide sociale en lien aux répercussions économiques de la pandémie. Comment l’aide sociale se prépare sur le terrain à faire face à cette précarité ?

Plusieurs recherches sont en cours à la HETSL pour évaluer les liens entre le COVID et la précarité. Des enquêtes qui pourront accompagner les débats autour des politiques sociales à mener pour répondre à cette crise sans précédent et tenter d’en diminuer les effets sociaux. La recherche permet également de proposer des projets concrets, notamment pour favoriser l’accès aux prestations à travers le développement d’un site web jestime.ch. Cet outil novateur, qui vise à limiter le non-recours aux prestations sociales, permet en quelques clics d’estimer son droit à des aides sociales.

RTS, Les Echos de Vacarme, émission du 29 août 2021